Trousse de survie (Part One)

Trousse de survie (Part One)

Le jour J on ne pense à rien… ou à trop de choses, la place laissée aux “au cas où” est vraiment minime et parfois on se retrouve sérieusement coincé.

pochette Asos -32,80 €

Un bobo, une robe salie ou déchirée, un coup de soleil, de froid… Argh tout ce qu’on ne peut pas prévoir, ça fait flipper je sais. Du coup, Un Beau Jour pour moi ça sert aussi à ça : partager ses galères !

Dans cette part One (parce que l’anglais ça défonce) je vous propose de partager dans les commentaires les idées et anecdotes qui permettront aux futurs mariés de constituer LA trousse de survie, un mix idéal entre : trousse de secours, trousse de couturière, trousse de beauté… A vous de jouer, suite à vos commentaires nous éditerons un jolie PDF/check-list/trousse de survie !

Les nuisibles

Les nuisibles

Je crois que le mariage c’est comme une journée au bureau, t’as beau adorer ton travail, il y a toujours quelqu’un pour essayer de te contrarier (pour ne pas dire te faire chier mais on n’a pas le droit de jurer en robe blanche). Aller… On respire.

Il y a par exemple :

La mère et/ou la belle mère. Le combo fatal étant quand les deux s’entendent à venir piquer dans votre chignon. Pour le clan des matrones qui trouvent que RIEN NE VA, que c’est un drame, qui sont « ohlalala très stressées » alors que vous tentez de survivre en vous ventilant à l’aide d’un sac plastique, c’est bien simple il faut CANALISER leur énergie. Les occuper, qu’elles aillent voir le traiteur (le pauvre), qu’elles coiffent les demoiselles d’honneur (les pauvres)… Bref les éloigner est votre planche de salut…. Mais pas que.

Le cousin maladroit alcoolisé dès 16h qui « beu absolueuhment baire un disbours ».
Un mariage c’est dans les 40 litres de champagne, de vin et de plein d’autres trucs qu’on nous répète de boire avec modération. Mais voilà modération n’est pas le maître mot de votre cousin qui tombe sur les cocktails comme Bree Van De Kamp sur les poudre récurrentes. Que faire ? Vous ne pouvez ni le black lister, ni le surveiller, ni lui donner la fessée?

Le prestataire désagréable et énervé
(OUI ça arrive surtout quand vous avez tout réglé d’avance).
Vous avez fait appel à un super traiteur, super connu, super booké… super relou ? Ben oui, être de qualité ne veut pas dire sympathique, vous vous en rendrez compte dès les premiers rendez-vous, l’expérience d’un prestataire ne fait pas tout, le courant doit passer. Car dans tout mariage il y a des imprévus et il faut vous entourer de personnes autonomes. Le vin d’honneur a pris du retard, le cuistot hurle en cuisine que son entrée va s’autodétruire si vous ne placez pas vos 150 invités illico à table ? Que faire ?

Dans mon premier article je parlais de l’importance d’avoir des amis autour de soi le jour J. Mieux que des amis il vous faut des petits soldats. Un pote qui veille de loin sur cousin machin, une tante que vous adorez qui calme votre mère en l’occupant avec les derniers ragots familiaux, une amie diplomate à l’ONU et qui va gérer la diva des fourneaux. Il ne s’agit pas de faire bosser les proches, mais qu’ils vous soutiennent dans les couacs. N’hésitez pas si vous sentez qu’il y a trop de pression à déléguer, à faire confiance.

Le plus prudent est de lister les invités dits à « problèmes » et de prévoir tout en amont :
Exemple : Votre père ne supporte plus depuis 1998 d’avoir « de la musique de jeune » dans les oreilles ? La table des « parents » sera près du buffet, loin du dancefloor. Profitez donc des préparatifs pour éliminer les ennuis, et pour les chiants de dernières minutes, faites confiance à vos alliés.

Vous devez profitez de ce jour et ne pas devenir l’image qui terrifie tous les hommes : la mariée hystérique.

Et vous des remèdes aux imprévus ?.