Vous êtes nombreuses à nous avoir réclamé un tuto bricolage pour la piste de danse qu’on avait installée dans les bois pour mon mariage. Mais c’est plutôt un tuto chantier cette histoire !

Marianne Taylor Photography

J’ai donc demandé à mon petit mari de vous expliquer, attention c’est pas du petit bricolage:

« La location c’est bien, mais c’est cher ! Surtout pour avoir un sol correct.

Mais pas de panique, avec quelques morceaux de bois acheté au magasin de bricolage du coin et de l’huile de coude et la piste de danse parfaite va se créer toute seule sous vos yeux.

Commençons par le début, si vous voulez une piste de danse bien plane, il n’y a pas de miracles : il faut un sol plan dessous (ou à peu près !).
Si le terrain n’est vraiment pas droit : prenez une bêche, retourner tout en cassant les mottes au fur et à mesure puis ratissez pour essayer d’être le plus plat possible. Pour finir passer un coup de rouleau (c’est comme pour faire une tarte, mais en plus grand et avec de la terre).

Une fois le sol préparé, il faut prendre les mesures afin de pouvoir estimer la surface de danse. Habituellement, on considère que pour danser on peut caser 3 personnes au m². Ainsi donc une piste d’environ 35m² peut accueillir une centaine de danseurs (sachant que de toute façon tout le monde ne dansera pas ; pas en même temps du moins).

La réalisation sera ensuite très simple : grosso modo cela va consister à aligner parallèlement des planches de sapin peu épaisses et assez larges sur lesquelles seront vissées des planches d’aggloméré.
Liste des courses donc :

Dalles de plancher : 184*66*19 environ 7 à 9€ / unité
Planches de coffrage en sapin : 27*150 en 3m : environ 4€ / unité
Vis à bois

Pour 32m² : 32 dalles et 18 planches = 360€

Vous disposez vos planches de coffrage directement sur le sol, parallèlement les unes aux autres. Pour la longueur, disposez-en bout à bout (soit vous coupez si ça dépasse de trop, soit vous recouvrez tout le tour de la piste par un peu de terre, la piste aura alors l’air de faire partie du sol !)
Pour l’espacement entre les planches, il faut s’arranger pour qu’au bord les dalles reposent sur la totalité de la planche et à l’intérieur deux dalles reposent de manière égale sur une planche (d’où l’intérêt de prendre des planches de sapin assez large)
Au magasin avec les dalles de planchers sont mentionnées les poids au mètre carré supportés en fonction de l’écartement des planches que vous mettrez dessous. Généralement 40 à 60 cm en fonction de l’épaisseur de la dalle.

Une fois vos planches installées il faut disposer les dalles en partant d’un coin. Faites un fraisage pour que la vis ne dépasse pas.

Mais au fait : pourquoi des vis ? Et les clous alors ?
Tout simplement, il sera plus facile de démonter tout ça après.

Six à huit vis par dalle semble une quantité raisonnable.

La piste est installée : le hic c’est que c’est moche !

Un peu de peinture et le tour sera joué !
Au moins deux passages de sous-couche parce que l’aggloméré boit pas mal ; pas la peine d’investir de trop il y a des pots premiers prix dans les 11-12€ qui feront largement l’affaire. Pour la couche finale, par contre il vaut mieux choisir une peinture qui résiste un minimum aux chocs (plutôt de la glycéro). »

http://www.mariannetaylorphotography.co.uk/