Le supplice

Le supplice

Il y a la demande et le « oui » plein d’émotion.
Il y a l’annonce aux proches et à la famille plein de papillons.
Puis il y a la bonne copine qui s’empresse de te dire « OK je t’organise ton enterrement de vie de jeune fille… » le drame.

Si vous vous promenez un samedi soir sur les Champs Elysées, vous pouvez-être sûres de croiser une pauvre fille sur-maquillée, en mini short, bas résilles roses et chouchou fluos sur le crâne. Jusque là tout va bien, vous pensez que c’est une « professionnelle » qui axe son « commerce » autour de la séduction mode années 90, il y a des clients pour tout parait-il.

La jeune fille porte une pancarte avec des trucs vulgaires écrits dessus genre « la corde au cou demain, le feu au cul ce soir » (consternation dans mon petit coeur). Plus loin, une bande de filles gloussent devant la malheureuse. Elles aussi sont habillées très colorés et soudain dans ma tête de piaf ça fait tilt : « Oh my god… enterrement de vie de jeune fille ».

Une simple question : POURQUOI?

Rappel des faits : « L’enterrement de vie de célibataire, est une tradition prénuptiale qui consiste à faire profiter le célibataire de tous les plaisirs que son prochain engagement de fidélité rendra difficiles voire interdits. » Je ne dis pas qu’il faut respecter à la lettre la tradition (notez sauter sur le premier mec venu) mais personne ne nous oblige à plonger gaiement dans la fontaine de l’humiliation. Pourquoi s’infliger ça? De plus, ce soir-là on est censé être entouré d’amies proches, que penser de cette amitié quand notre BFF nous force à réclamer un préservatif au guichet d’une banque?

Non je vous le dis, si le mariage est une belle aventure (enfin, j’ai envie d’y croire), les préparatifs, les rituels et les fêtes liées doivent être « cool ». A moins que vous soyez fan de ce genre d’affichage public, à base de « je ris fort dans la rue et je porte une couche et des collants en lycra ahaha qu’est ce qu’on se fend la poire entre meufs… » Soyez claire sur vos attentes dès le départ.
Perso j’ai prévenu mes amies, si à mon EDVDJF, elles s’amusent à commander un pauvre mec huilé déguisé en pompier qui danse sur Shakira en me frottant son boule gigoté par un string sous le nez… je pleure et/ou vomi.

Un truc que je trouve cool, dans mon délire sorcière, darkness c’est de prendre au pied de la lettre la coutume : « le futur marié doit enterrer un cercueil à la fin de sa journée d’enterrement. Ce cercueil contient des souvenirs de sa vie passée (objet fétiche, symbolique, etc.) et fréquemment quelques bouteilles. Ce cercueil est ensuite déterré à la naissance du premier enfant du couple (ou au bout d’un an). »
Mais bon une thalasso entre copine au soleil, ou une bonne cuite dans un bar avec les potes, moi ça me va.

Oryanne & Raphaël : un mariage rétro champêtre

Oryanne & Raphaël : un mariage rétro champêtre

Comme la session d’hier le laissait présager, le mariage d’Oryanne et Raphaël était un joli moment : plein de copains, de moustaches, de joie et de super énergie, un mariage vraiment cool avec des draps pour pique niquer, des looks rétros, du jaune et des cotillons. Je vous laisse avec les photos du mariage et les mots d’Oryanne :

 » On a choisi dès le départ de faire un mariage avec un maximum d’amis, avec un dress code Retro Champetre (surtout pas de noir et de costumes sombres, mais du chapeau, des bretelle, des robes claires ambiance bords de marne).

Tous les intervenants du mariage étaient des amis ce qui nous a permis d’avoir un mariage détendu, à notre image, et fait main ! Et plus particulièrement les photographes qui, nous connaissant, ont vraiment pris des photos personnelles et vivantes.

Nous avons choisis comme couleurs le vert amande, le gris souris, et du jaune bouton d’or. Pour la déco nous avons tout fait nous même, avec beaucoup de récup et d’objets vintage de la famille.

Nous avons collecté plein de bocaux et bouteilles de soda pour faire les vases et photophore. Il y a aussi eu beaucoup de couture, découpage, tricot avec des guirlandes de fanion en tissu liberty ou en tricot, des pompom en papier de soie, et plein de petits rubans.

Une grande cueillette de fleurs dans les champs la veille nous a permis d’avoir une 40aine de bouquets à moindre frais, et d’éviter les fleurs trop « fleur » (genre rose…), d’où un bouquet en succulantes et craspédia.

Nous nous sommes marié dans une toute petite mairie au milieu des champs, puis avons passé l’après-midi et la soirée dans une ferme pas très loin.

A la ferme nous avions aménagé un espace détente avec hamac, grand drap a fleurette dans l’herbe, plein de coussins, et sous les lampions avec un bar à soda, juste à coté de l’espace photo.

Ainsi pendant que nous prenions des photos les gens pouvaient se détendre et rester près de nous.

En fond sonor une playlist jazzy et rock retro. Nous avions opté pour un buffet et non un diner assis trop formel.

Tout le monde pouvait donc s’assoir où il voulait. La ferme avait plein de petits recoins à explorer, et nous avons passé toute la journée et soirée dehors sous les pommiers.

A la nuit tombée nous avons ouvert le buffet des desserts dans l’ancien pigeonnier, et avons fini à la belle étoile.

Nous avions réservé la chambre d’hôte de la ferme pour dormir sur place, et profiter du petit déjeuner avec produits de la ferme le lendemain en amoureux. En guise de cadeau pour nos invité, nous avons fait des vieux polaroids de chacun.

La fête était pour le lendemain dans un club à paris (au pin-up rue tiquetonne)! Ainsi nous avons pu profiter du mariage sans être fatigués, et de la soirée de lendemain.

On a remis ça à berlin à notre retour avec une deuxième fête… et l’occas de remettre ma robe :) »

En résumé, toutes les infos pratiques :

Lire la suite