Aujourd’hui, on vous présente le mariage créatif de Marie & Grégory en Bretagne. Ces deux-là n’ont pas fait les choses à moitié ! Pour le grand jour, ils ont réalisé plus « d’une quarantaine de grues de tailles différentes, dont trois d’environ 3 m d’envergure » !

Un mariage VRAIMENT CANON et pleins de couleurs dans un château flamboyant !
On en prend pleins yeux avec le reportage de Julien Monfajon.

Un Beau Jour au Château de Bézyl

« Août 2016, Indonésie. À Cemoro Lawang, Grégory insiste pour repérer les lieux de la rando que nous ferons à l’aube le lendemain matin, pour admirer le lever du soleil sur le mont Bromo. Je trouve l’idée un peu saugrenue, mais pourquoi pas ! Ce sera l’occasion de découvrir le panorama au coucher du soleil, sans les milliers de touristes venus profiter du spectacle le lendemain.

Nous arrivons au belvédère, face à la chaîne de volcans. Il fait frais, le paysage est brouillé de nuages qui prennent des teintes folles à mesure que la lumière décline. Je m’installe sur les marches tout en haut du Mont Penanjakan et… je sens Grégory nerveux, qui fait les 100 pas dans mon dos. Après de longues minutes, nous nous retrouvons enfin seuls, enlacés devant ce panorama violacé. Tout à coup, Grégory me lâche la taille, pivote sur ma droite, pose un genou à terre et me fait sa demande ! Je prends à peine le temps de regarder la merveilleuse bague qu’il me tend dans son écrin et lui saute dans les bras dans un « Oui ! » bouleversé.

Ce moment suspendu, devant un panorama époustouflant, est inoubliable.
Tout comme notre retour à la civilisation : occupés à raconter/écouter l’aventure de la recherche de la bague de fiançailles, nous nous perdons complètement sur le chemin. Tellement, qu’on finira à l’arrière de mobylettes, sans casque, en pleine nuit sur la caldeira du Bromo, ramenés jusqu’à notre auberge par deux sympathiques Javanais.

Inoubliable, disais-je ! »

mariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagnemariage créatif bretagne

La liste des prestataires pour un mariage créatif en Bretagne

Le lieu : Château de Bézyl, Sixt-sur-Aff

Le photographe : Julien Monfajon

La tenue de la mariée : Robe longue en dentelle ASOS, ajustements couturière Du Fil dans ma Poche , escarpins vert foncé Chie Mihara achetés chez 52 Madeleine, broche brodée Céleste Mogador, robe courte Place des Tendances, kimono à sequins ASOS, escarpins verts à paillettes Irregular Choice

L’alliance de la mariée : Van Cleef & Arpels

La tenue du marié : costume Atelier Coqlico,baskets blanches Converse

L’alliance du marié : L’Atelier Joaillerie

Le traiteur : LeCoq-Gadby

Le bar à cocktails animé : Esprit Cocktail

La papeterie : Une Pincée de Cél

Le coiffeur : Marc Bourgeois

Le cadeaux des invités : un totebag Atelier Grammage

Le maquillage : réalisé par Marie la mariée après un cours d’auto-maquillage avec Anne Leroy

Le vidéaste : Les Petites Fées du Mariage (Paris)

Le fleuriste : Rosa

Le DJ : Musique & Émotion (François Rydier à Angers)

La garde d’enfants : BabyChou Services

Le photographe pour un mariage créatif en Bretagne

Beaucoup de sensibilité et un coup d’oeil hors du commun : Julien Monfajon nous a bluffées en quelques séances photos.

« Un beau jour de mariage, une mariée m’a dit : « Julien, t’es un photographe romantique. Et c’est cool… ».

Je pense qu’elle a raison, et j’assume carrément ! C’est ce que j’aime dans le mariage : chercher les moments d’émotions, les traces d’amour quoi ! »

Les conseils de la mariée pour un mariage créatif en Bretagne

1- Prendre le temps de définir, à deux, l’univers qu’on a envie de créer, ce qu’on a envie de raconter le jour de son mariage. C’est l’occasion rêvée pour dévoiler sa personnalité et casser les codes ! En amont, on nous a beaucoup questionnés sur le thème de notre mariage. On n’en avait pas. Ou plutôt si. Notre thème, c’était nous !

2- Si certains invités viennent avec leurs enfants, recourir aux services d’une entreprise de garde d’enfants. Tranquillité pour vous (même si vous n’avez pas d’enfants –comme c’est notre cas) et vos invités-parents ! Et un petit supplément de fête pour les enfants !

3- Vous voulez dîner tous les deux, sur une petite table, au milieu de vos invités ? Foncez ! Et sachez-le : c’est génial ! :)

Bonus : la veille, pour la mise en place et les derniers préparatifs : s’entourer, mais pas trop. Je dirais que trois ou quatre cerveaux et paires de bras supplémentaires sont suffisants.

  • L'organisation pour un mariage créatif en Bretagne

    « Nous avons eu 1 an pour préparer notre mariage.
    Encore en Indonésie, nous avons défini une période souhaitée pour le célébrer. Et dès notre retour, nous avons entamé les démarches les plus urgentes.

    C’est le choix du lieu qui a déterminé la date.
    Une fois le château réservé, nous avons entamé la recherche du traiteur, du photographe, du DJ et de la fleuriste. Tous bookés avant Noël 2016.

    (À savoir : le choix du DJ doit se faire extrêmement tôt. Nous en avons contacté de nombreux –issus notamment du répertoire d’Un Beau Jour– avant de trouver une perle disponible.)

    Au cours des mois suivants, nous sommes partis en quête d’un vidéaste et avons longuement travaillé avec notre graphiste pour la réalisation de la papeterie, et en premier lieu du faire-part.

    En fil rouge, dès janvier 2017, nous avons exploré des pistes de décoration.
    Nous avons souhaité nous appuyer sur l’univers très singulier du château, notamment ses couleurs chatoyantes et son éventail de meubles et d’objets chinés. Plus les mois avançaient, plus nous avions d’idées. Notre maison a pris des allures de laboratoire !

    Nous sommes tous les deux très organisés et, même si les dernières semaines ont été très denses, tout était maîtrisé ; énorme fichier Excel à l’appui !

    Nous avons consacré énormément de temps aux préparatifs (le soir souvent pour moi et parfois la journée, entre deux contrats freelance) et tous les samedis dès début 2017, à deux. Les dernières semaines, nous avons accéléré la cadence.

    On n’a pas compté les heures de réflexion et de travail créatif autour des mots, de la langue française. C’est l’un de nos sujets communs favoris. Notre mariage a donc été l’occasion de laisser libre cours à nos univers créatifs respectifs et communs.

    Nous avons peu fait appel à nos proches pendant les préparatifs. On leur a confié quelques missions par ci par là, mais sans jamais leur dévoiler les détails. On tenait à ce qu’ils aient le plus de surprises possible le jour J.

    Mais le plus joli dans tout ça, c’est qu’ils ont réussi à nous époustoufler, nous, en préparant en secret de belles et grandes surprises. »

  • Le budget pour un mariage créatif en Bretagne

    « Dès nos premières discussions, nous avons établi un montant maximum. À l’époque, ce montant, même si confortable, était beaucoup trop abstrait pour être réaliste.

    Grégory et moi nous sommes laissés porter par nos envies et n’avons finalement pas fait beaucoup de compromis.
    Nous avons tout de même fait preuve de mesure et d’intelligence (je crois !) dans nos choix. Nos parents ont apporté leur généreuse contribution, ce qui nous a donné encore plus de souplesse. Merci à eux !

    Le traiteur a été le poste majeur pour nous, d’autant que nous avions prévu un déjeuner le samedi, un cocktail, un dîner et un brunch le dimanche (opter pour un mariage de journée –avec la mairie le matin – c’est chouette, mais ça présente des coûts supplémentaires). Ensuite, sont venus le lieu, puis les différents prestataires.

    Il y a un poste sur lequel j’avais décidé de ne pas trop dépenser : ma tenue ! Je n’ai jamais rêvé d’une robe de princesse et ne voulais pas investir une somme à quatre chiffres dans une robe que je n’allais porter qu’une seule fois. C’est très personnel, mais je ne regrette absolument pas mon choix : avec une robe ASOS modifiée par une couturière, j’ai porté une tenue à mon goût, à un prix imbattable (210 € tout compris !). Et j’ai pu me faire plaisir sur les chaussures, les accessoires, et ai même décidé de m’acheter une seconde tenue pour la soirée. Pour moi, c’était vraiment le cocktail gagnant. Grégory, lui, s’est fait tailler un costume sur mesure dans un atelier rennais qui venait tout juste d’ouvrir.

    J’écrivais plus haut qu’on s’est beaucoup fait plaisir. Pour preuve, à quelques mois du mariage : nous avons signé avec une société de bar à cocktails pour la soirée. La surprise et l’ambiance générées ont été à la hauteur de l’investissement ! On a explosé le budget déco jusqu’alors plutôt raisonnable (beaucoup de DIY et de chine) avec les nappes violettes du dîner, confectionnées sur mesure. Folie, certes, mais pour un rendu plus que parfait. »

  • L'inspiration pour un mariage coloré en Bretagne

    « Lectrice assidue de blogs de mariage depuis plusieurs années (Un Beau Jour en tête), et utilisatrice boulimique d’Instagram et Pinterest, j’avais des images champêtres en tête, des inspirations nature, des couleurs pastel…

    Et puis, Grégory m’a mise devant mes contradictions : « on est champêtres, nous ?! ». Il avait raison. Nous sommes urbains, nous adorons les couleurs qui claquent, nous mêlons l’ultra moderne au vintage, et nous aimons les choses sophistiquées.
    Et puis, on avait choisi le Château de Bézyl, pour toutes ces raisons.

    C’est donc sur lui qu’on s’est basé pour créer l’univers de notre mariage. Les salons, où se sont déroulés notre Pop Ceremony et le cocktail, se suffisent à eux-mêmes. On les a juste agrémentés de quelques fleurs. Par contre, dans la grange, où s’est tenu le dîner, tout était à construire.

    La cohérence étant l’un de nos leitmotive, nous avons choisi de créer un univers proche de celui du château :
    – les innombrables objets chinés au fil des mois pour décorer les tables (brocantes, vide-greniers, Emmaüs) ;
    – les nappes en coton violet foncé pour rappeler l’ambiance du château (tissu acheté au mètre chez Tissus Myrtille, puis nappes confectionnées par ma couturière). C’est un budget considérable (certains diront superflu), mais si j’insiste sur les nappes, c’est parce que leur couleur change tout à l’ambiance du dîner. Pensez-y !
    – la vaisselle vintage louée auprès du traiteur ;
    – le petit coin salon avec son paravent homemade (merci Papa pour le gros œuvre !) sur lequel j’ai collé du papier peint adhésif créé sur un site Internet à partir d’une photo des murs du château, ses gros fauteuils (prêtés par notre adorable hôte) et un petit meuble ancien à trois tiroirs qu’on a utilisé comme cagnotte ;
    – de grands tapis anciens prêtés, disposés au sol de la grange pour casser son côté brut et réchauffer l’ambiance ;
    – et les fleurs ! Tous les bouquets (ainsi que ma couronne) réalisés par ROSA à Rennes, pile dans l’esprit que je souhaitais : des couleurs chatoyantes en écho avec celles des salons du château et un mélange de fleurs fraîches et semi-séchées. Un régal pour les yeux.

    Bref, c’est sur la grange que nous avons concentré tous nos efforts de mise en scène.

    Et le gros du boulot, ç’a été les grues en origami ! Nous voulions habiller le plafond de la grange et lui donner un côté poétique. Les grues se sont rapidement imposées (j’en plie tout le temps, dès que j’ai un bout de papier entre les mains ; et nous avions été tous les deux subjugués par cet art lors d’un voyage au Japon). Mais au lieu de plier des milliers de mini grues, nous avons eu l’idée d’en fabriquer des moyennes, des grandes et… des géantes, histoire de créer la surprise et de donner de la matière et de l’ampleur. Au total, nous avons réalisé une quarantaine de grues de tailles différentes, dont trois d’environ 3 m d’envergure !

    Pour cela, on a vraiment bricolé… et poussé les meubles : dans notre maison, on a créé des carrés de 3 m sur 3 m avec des rouleaux de Canson de 1,50 m sur 10 m achetés sur Internet. La partie pliage a été épique. Puis, on a renforcé leurs ailes avec une armature invisible, en métal. Et pour l’accrochage dans la grange, on était extrêmement fébriles. C’est, de loin, ce qui nous a demandé le plus de temps et d’effort, mais c’est aussi l’élément de déco qui a le plus saisi nos invités !

    Le dernier gros ouvrage : le plan de salle, installé à l’entrée pour guider les invités jusqu’à leur table. Idée brillante de Grégory : créer une mise en abîme de la salle sur un grand support en bois recouvert du tissu des serviettes, l’habiller de soucoupes chinées pour représenter les tables et d’objets miniatures (Lego, Playmobil, mini chaises, mini-paravent, etc.). Y poser les noms des invités, répartis par table. C’est peut-être le projet créatif dont on est le plus fiers !

    Nous tenions à offrir à nos invités des cadeaux originaux, respectant toujours la cohérence d’ensemble.
    Nous avons fait fabriquer des feuilles anti-gouttes (pour servir le vin) au motif du faire-part, ainsi que des tote bags.
    Quant à moi, j’ai réalisé des bougies parfumées, toujours dans l’univers du mariage, en suivant le tuto découvert sur Un Beau Jour. »

  • Le lieu de rêve pour un mariage créatif en Bretagne

    « Un dimanche après-midi, armés d’un ordinateur et d’une tablette, nous avons épluché tous les sites répertoriant des lieux de cérémonie.

    Nous souhaitions nous marier dans notre département d’adoption (l’Ille-et-Vilaine) dans un lieu aussi chouette à l’intérieur qu’à l’extérieur, pouvant accueillir une centaine de personnes. (On a nous beaucoup vanté des jardins magnifiques avec des arbres centenaires. Mais on ne pouvait pas courir le risque d’une météo capricieuse. D’ailleurs, on a eu droit au temps breton par excellence : soleil, vent, pluie, re-soleil, fraîcheur, arc-en-ciel.)

    « Nous avons short-listé cinq ou six lieux, parmi lesquels, un ovni. Au total, nous avons visité une salle et cinq châteaux, dont quatre typiquement bretons (du granit, du bois, des hortensias). Et puis le cinquième… Le Château de Bézyl, à Sixt-sur-Aff près de Redon. Une découverte incroyable. À la seconde où nous avons passé la porte, nous savions. (C’était un peu comme pour une visite de maison ou d’appartement.)

    Tout dans ce lieu nous inspirait. Il était atypique, surprenant, coloré, chaleureux, perdu dans un environnement verdoyant, grand, doté de chambres magnifiques et de gîtes pour y accueillir nos plus proches… and last but not least, la gérante des lieux était une crème.On s’est dit que l’endroit était fait pour nous, qu’il serait le support parfait de nos extravagances. »

  • Le photographe de talent pour un mariage créatif en Bretagne

    « J’ai découvert le travail de Julien Monfajon (Playtimes Wedding) sur Un Beau Jour il y a quelques années. J’étais tombée sous le charme de ses reportages tout en délicatesse et en émotion.

    Je l’ai contacté sans trop y croire, parmi quelques autres photographes coup de cœur. Et, chose inattendue, Julien nous a répondu rapidement et positivement.
    Une discussion sur Skype plus tard, nous étions définitivement convaincus d’avoir trouvé notre perle.

    Le jour du mariage, Julien a été formidable : ultra souriant, attentif aux détails, discret (en découvrant les photos, bon nombre de nos invités ont été surpris de certains clichés, car ils n’avaient absolument pas remarqué la présence de Julien).

    Les photos de Julien sont magnifiques, certaines sont extraordinaires (p. ex. les mises en scène très cinématographiques avec nos parents et nos témoins dans les salons !) ; elles témoignent magnifiquement de l’atmosphère de la journée et du lieu.

    Il a réussi à saisir des regards, des sourires, une émotion furtive, l’amour à l’état brut.

    Et pour les deux courtes séances photo à deux, Julien a été parfait. Elles reflètent une vraie décontraction, car on était parfaitement détendus. Pas de photo posée, pas de sourire forcé, juste une déambulation dans la forêt et le parc. Moi qui n’aime pas être prise en photo, croyez-moi, la magie a opéré ! »

La cérémonie laïque pour un mariage créatif en Bretagne

« Nous savions que le mariage religieux n’était pas pour nous. On ne se retrouvait pas dans le discours de l’Église ; on avait envie d’une cérémonie personnalisée, d’un message rien qu’à nous. La cérémonie laïque s’est vite imposée.

Mais comme on prend un malin plaisir à ne jamais faire comme tout le monde, on a voulu créer une cérémonie décalée. Lors d’un aller-retour à Genève en TGV, en février, on a construit l’essence de notre cérémonie, et on lui a trouvé un nom : la Pop Ceremony.

« Pop » pour « populaire » : la signification première de « laïque » chez les Romains. Et « pop » pour la musique, pour le petit côté qui pop et qui wizz, pour la modernité. Nous tenions à faire intervenir nos six témoins et nos parents dans notre Pop Ceremony. Nous en avons donc construit la trame, le fond et la forme et les avons invités à lire un texte existant ou à préparer quelque chose de leur cru.

Notre Pop Ceremony était construite en trois parties, calées sur les mots-clés de notre faire-part (qui résumaient notre histoire) : Sens. Fusion. Chat mythique. C’était mystérieux, de prime abord. Et ça nous amusait de lever le voile petit à petit.

Nos témoins et parents ont pris leur rôle très au sérieux et ont participé à la grande réussite de cette cérémonie.
Il nous fallait un MC à la hauteur de l’événement : nous n’avons pas réfléchi longtemps et avons proposé ce rôle à l’un de nos amis rennais, qui a été parfait. Notre Pop Ceremony (environ 1h) se devait d’être rythmée, joyeuse et émouvante à la fois. Pari réussi, aux dires de nos invités ! «