Des mariées qui osent la couleur : ON DIT OUI ! Se débrouiller avec des astuces petit budget : MILLE FOIS OUI ! Lucie & Jérôme sont la preuve vivante qu’on peut faire un chouette mariage sans se ruiner, en utilisant de bonnes idées et en faisant les bons choix. Leurs conseils vous seront très utiles !

Vous aussi partagez vos jolis moments, envoyez vos photos ici

mariage original

« La traditionnelle demande en mariage n’a pas forcement eu lieu. Cela faisait un moment que je tannais Jérôme pour qu’on se marie au lieu de se PACSer.

Pour faire la fête, pour pas faire comme les autres, pour avancer aussi dans la vie.  Il a fini par me dire oui … sur mon agenda du boulot. J’ai conservé les feuilles où sont gribouillés ses aveux. »

Adriana Salazar Adriana Salazar (1) Adriana Salazar (2) Adriana Salazar (3) Adriana Salazar (4) Adriana Salazar (5) Adriana Salazar (6) Adriana Salazar (7) Adriana Salazar (9) Adriana Salazar (11) Adriana Salazar (12) Adriana Salazar (14) Adriana Salazar (15) Adriana Salazar (16)Adriana Salazar (18) Adriana Salazar (19) Adriana Salazar (20) Adriana Salazar (21) Adriana Salazar (22) Adriana Salazar (23) Adriana Salazar (24) Adriana Salazar (25) Adriana Salazar (27) Adriana Salazar (28) Adriana Salazar (30) Adriana Salazar (32)Adriana Salazar (31) Adriana Salazar (33) Adriana Salazar (34) Adriana Salazar (35) Adriana Salazar (36) Adriana Salazar (37) Adriana Salazar (38) Adriana Salazar (39) Adriana Salazar (40) Adriana Salazar (42) Adriana Salazar (43) Adriana Salazar (45)

Retrouvez plus de photos iciphotographe de mariage

adriana-salazarAdriana Salazar vient de Barcelone. Elle a posé ses valises à Grenoble il y a un an.

Les portraits, reportages, documentaires et la mode sont ses styles préférés. Malgré son expérience de photographe depuis plusieurs années, c’est à son arrivée en France qu’elle a commencé à photographier ses premiers mariages.

De cette découverte est né une vraie passion. Elle aime la simplicité, le subtil et délicat, capter ces instants  où les gens oublient l’objectif.mariage conseils

1 – Savoir craquer pour les bonnes choses et choisir dans quel panier on met ses œufs.

2 – Faire partager la préparation de l’événement avec les amis et la famille proche qui se propose, afin qu’ils se sentent investis dans le projet.

Intégrer nos amis à l’organisation en leur assignant à tous une tâche : Marion = les lampions, Florence = les bouquets de fleurs, Léa = la robe de la mariée, Florent = la playlist, Sam et Arno = le feu d’artifice, etc. Cela a été pour nous l’un des éléments du succès de la fête. Tout le monde s’est senti comme à sa propre fête le jour J et cela a donné une ambiance toute particulière, très conviviale.

3 – Prendre le temps pour le traiteur : nous ne l’avons pas fait à notre grand regret. Nous cherchions un petit traiteur dans l’idée qu’en évitant les grosses maisons, nous pourrions tomber sur quelqu’un qui sache adapter ses prestations à nos idées originales. On s’est retrouvés avec un type stressé, sans outils, faisant travailler sa fille et sa femme et une nourriture bien mais pas fabuleuse. Alors attention dans la quête de l’économie et de l’originalité, à prendre un prestataire qui tienne la route et surtout n’oubliez pas de goûter avant.

mariage organisationAdriana Salazar (26)Les gobelets type festival

« Il y a une seule chose qui nécessite de commencer l’organisation 1 an à l’avance : la salle de réception. Certains nous riaient au nez en nous montrant leur calendrier plein 2 ans en avance.
Une fois que nous avons trouvé le lieu, nous avons commencé à travailler concrètement dessus 5 mois avant, soit en avril pour un D-day prévu fin août.

Nous avions du mal à concrétiser nos pensées et aller dans le détail. Mais ce qui nous a aidé c’est un énorme tableau Excel consultable et modifiable par nous deux sur internet (Google Drive) avec une feuille pour chaque chose : invités, prestataires, budget, idées, to do list, etc. »

>> Le budget <<

« Premier compromis question budget : notre lieu de réception était dans notre budget et avait l’avantage d’avoir des gîtes sur place. C’était très beau de l’extérieur, mais de l‘intérieur, il y avait du travail. On a passé beaucoup de temps sur la décoration.

Un deuxième choix décisif : prendre un photographe mais pas de DJ. Il était primordial pour nous d’avoir de beaux souvenirs de cette journée même si cela signifiait faire des sacrifices sur autre chose. Nous avons donc fait le choix de la playlist pour la musique. C’est un ami qui s’en est occupé en récupérant toutes les musiques préférées de nos amis et en ciblant aussi beaucoup sur le swing, un peu rétro, qui fait danser tout le monde, les jeunes comme les vieux.

Troisième économie : pas de robe de mariée ni de costume sur mesure. Avec internet, le prêt-à-porter regorge de trouvailles à bas prix. En cherchant un peu, les sites web comme Etsy ou A little market sont très biens pour trouver un accessoire, un jupon voire même des confections de robes pas chères. Pour les Messieurs, le site Asos vend plein de costumes trois pièces dandy british colorés.

Quatrième idée pas chère : nous avons organisé un « apéro des invités ». En effet, nous avions confié au traiteur la prestation du repas uniquement et avons demandé aux invités d’apporter leur meilleure recette d’apéritif. Le traiteur n’a eu qu’à découper et servir les choses apportées par les invités. Tout le monde était très content de s’investir un peu en toute simplicité. »

>> Un bel endroit <<

« Nous avons vraiment eu du mal à trouver un lieu qui réponde à nos envies et notre budget serré. Nous cherchions un lieu avec une salle de réception et des gîtes sur place afin de loger nos invités et de festoyer durant tout le week-end. Nous sommes tombés sur cette ancienne ferme ouvrière en briques à Roybon dans la forêt de Chambaran à 1h de l’agglomération grenobloise. Même si la salle ne paye pas de mine avec son carrelage et ses lustres vieillots, les extérieurs sont très beaux et il y a une trentaine de couchages possibles ainsi que la possibilité de camper sur place (je conseille de ne pas louer les roulottes, elles sont un peu glauques).

Pour la déco, nous avons fait le choix de la lumière : repenser complètement l’éclairage de la salle de réception dont l’ambiance était colonie de vacances des années 80. Jérôme a même conçu une machine à découper les culots de bouteilles de vin afin de les monter en lustres. Alors que moi, je trouvais cette idée : trop chronophage, trop inutile, infaisable, irrationnelle, il avait eu raison de miser sur ce détail même si cela lui a pris beaucoup de temps.

Le résultat de ces ribambelles de lampes basses sur les grandes tablées mises bout à bout : une lumière tamisée pour une ambiance intimiste de vieux troquet. »

>> De belles inspirations <<

« Vive Pinterest, Un Beau jour et tous les autres et nombreux wedding-blog ! Créer c’est aussi savoir s’inspirer des autres et copier intelligemment.

Pour la décoration : Jérôme a passé beaucoup de temps à réfléchir à tout un système de lampes suspendues afin d’éclairer les grandes tablées avec de nombreux abat-jour en forme de bouteille de vin dont le culot a été coupé, de galettes métalliques d’ateliers chinées en brocante, de boules chinoises achetées d’occasion sur le bon coin à une autre mariée.

On a aussi imprimé sur des posters grands formats, des photos de mariages des générations antérieures de nos familles respectives que nous avons affichés dans la salle.

Les faire-parts : je me suis lancée toute seule sur Photoshop et Illustrator. Question idées, j’ai pioché dans les vieux tickets de foire ou de fête foraine. De nombreux exemples sont disponibles sur internet. Sur chaque faire-part était inscrit un numéro, et durant la soirée, on a organisé une loterie avec une roue que l’on tournait, où les invités gagnants repartaient avec des éléments de la déco de la salle et bien sûr, la jarretière de la mariée !

La table : on voulait faire une déco ambiance guinguette avec un service en plats familiaux où chacun se sert. De vieilles assiettes dépareillées chinées dans les brocantes, des nappes en tissu vichy achetées sur internet en rouleau, sans ourlet, des pots de fleurs dans des pots de confiture, etc.

Les souvenirs aux invités : on ne voulait pas offrir aux invités un petit sac de tulle avec 3 dragées dedans qui restent dans le pot à babioles de l’entrée (on en a tous un ?). On a donc décidé de faire des badges et des gobelets en plastique réutilisables avec un graphisme à notre idée.

Les fleurs : avec une amie on a cherché une idée de bouquet simple et champêtre avec des fleurs de saison sur Pinterest et avons effectué un test. Puis on a commandé des bottes de fleurs brutes (moins cher) et la veille, on a fait un petit atelier bouquet pour faire les compositions. Le résultat était très bien.

La tirelire des mariés : comme nous proposions à nos invités de contribuer à nous offrir le van de nos rêves, nous avons trouvé sur le bon coin un camping-car Barbie des années 70 que nous avons transformé en tirelire.

Le livre d’or : j’avais trouvé une idée très sympa et je m’en suis inspirée pour faire mon propre poster-livre d’or à colorier par les invités. Ce n’est pas très compliqué : il suffit de télécharger gratuitement des polices d’écriture en forme de petits monstres et de bulles de bande dessinée et de les agencer avec Illustrator. Voici quelques polices utilisées : aliendude, alienco, spacedude, monterocity, funnytoys… disponibles sur Dafont.

La voiture des mariés : le propriétaire de ce vieux combi Volkswagen était une personne qui habitait dans le quartier d’une amie. Elle est allée le voir et lui a demandé s’il voulait se prêter au jeu de nous amener jusqu’à la Mairie ce qu’il a fait avec grand plaisir moyennant le dédommagement des kilomètres parcourus. Une très belle surprise qui montre qu’avec un peu de culot, on peut dégoter des trucs bien sympas. »

>> De jolies tenues <<

« Pas de blanc pour moi. J’ai acheté une robe bustier corail chez NafNaf et ma sœur a cousu un gros nœud et une bande sur le bustier dans un tissu rose à pois blancs de chez Mondial Tissu. J’ai acheté les gants en résille chez Tatie et ma sœur m’a fait un voile dans du tulle fin. Les chaussures commandées par internet sont de la marque Mellow Yellow mais elles étaient un peu trop hautes pour être supportées toute une soirée.

Pour la mise en beauté, une petite anecdote à ce sujet : je ne voulais pas de formule à 200€ pour la mariée avec test, préparation du cheveu, etc. Carole, ma coiffeuse chez Divague, a su en une seule fois et pour 50€ comprendre et réaliser une superbe coiffure simple mais un brin vintage et romantique. Le salon accueille également une maquilleuse qui vient sur place pour maquiller après la coiffure, pratique.

A 3 semaines du mariage, Jérôme n’avait toujours pas son costume. Nous avions fait un essai chez Hugo Boss mais ce n’était décidément pas dans notre budget. Il a finalement acheté un costume 3 pièces bleu chez Zara ainsi qu’un chapeau beige type Borsalino dans l’un des chapeliers du Passage de l’Argue à Lyon. Les chaussures type Richelieu fleuries commandées sur internet sont de la marque Base London.

Et concernant nos invités, nous avons prévu un dress code : guinguette rétro »

>> Un photographe de talent <<

« Nous avons pris contact avec Adriana à la suite d’une soirée sur Grenoble où elle était photographe. Un coup d’œil sur son site web et nous sommes tombés sous le charme de son style et son univers. Adriana Salazar est espagnol d’origine colombienne. Elle s’est installée récemment sur Grenoble et voulait commencer à faire des reportages photos sur des mariages. Nous lui avons laissé carte blanche et ne le regrettons pas. »

> Le lieu : Château Rocher à Roybon (38)

> Photo : Adriana Salazar

> Les tenues :

Lucie : robe NafNaf, chaussures Mellow Yellow, gant en résille Tatie

Jérôme : costume Zara, chaussures Base London

Coiffeur : Divague à Grenoble

> Fleurs : bottes de fleurs brutes acheté chez Carré Fleurs (au prix du marché).

> Badges : Créa Badges

> Gobelets : Ecocup