Voilà le premier mariage qui m’a tapé dans l’oeil. Rock’n roll, généreux et drôle, ce mariage sous un chapiteau est super touchant.

Une mariée en vert et dock marteen’s, des demoiselles d’honneur vraiment chouettes, une atmosphère de festival et un menu simple et savoureux…

Après ça vous n’aurez aucun mal à convaincre quiconque qu’un mariage c’est surtout une vraie fête où on s’amuse et qu’on se fiche bien des conventions !

Merci à Julie Cerise (aka Anaïs) et Laurent Moynat d’avoir partagé ça avec nous !

? Pour voir toutes les photos c’est ici sur la galerie ?

C E R T I F I C A T D E M A R I A G E

Les clowns, princesses chats, magiciens, prestidigitateurs, dompteurs de ballons sauteurs, danseuses étoilées et autres saltimbanques certifient que le mariage de :

Laurent et Anaïs

a été célébré en ce chapiteau le 8 mai 2010 toute la nuit.

Le présent certificat a été délivré pour servir et valoir ce que de droit.

Montauban, le 8 mai 2010.
Yves, le chef de piste.

Quelques mots de la mariée pour les détails

Mariage heureux “oui”, mariage neuneu “non non”. L’amoureux et moi nous avons imaginé ce jour comme la fête qui nous ressemblerait, et qui réunirait tous nos gens d’ici et d’ailleurs.

Bien longtemps, avant même d’officiellement organiser la chose, on savait qu’il y aurait un chapiteau de cirque grand et beau pour mettre tout le monde dessous, du riz au lait parce qu’on adore ça, et du couscous parce qu’on peut y mettre les doigts. Une fête des amoureux à la fois simple et chic, récup’Emmaüs et dentelle quoi.

Le “oui” de la mairie s’est fait le mercredi d’avant, et les invités se comptaient sur les doigts. D’abord parce qu’on voulait vraiment se concentrer sur la fête en elle même et ne pas transformer la journée en marathon. Et puis aussi car on trouvait ça barbant et dénué d’âme un passage à la mairie.

Après coup, je dois vous le dire, on faisait pas trop les malins dans la petite salle du maire, les jambes tremblantes toutes émotionnées…

Mais en vrai ça a commencé par là. Noël dernier, nous voilà fiancés et bien décidés à se marier le 8 mai prochain. Bon on s’est pas trop stressés… on n’a pas bougé avant février.

Le plus important, trouver un chapiteau de cirque, rouge s’il vous plait. Quelques clics, quelques e-mails, deux trois coups de téléphone… Zavatta sera là, avec les mats, la toile et tout et tout. Bon ça c’est fait.

Quoi d’autre?

-“Un Photomaton!” -“Ah ouai trop chouette!” -“ah ouai trop cher…”

Pas de panique, suffit de se gratter la tête pour le faire maison. (Les têtes ne se gratteront pas trop d’ailleurs avant J-10) Mais il était là, fier, grand et il en a vu, notre Photomaton.

Tout de même ça reste restreint comme espace. Il nous fallait donc trouver un photographe avec des pattes qui couvrirait toute la superficie du terrain. On a beau l’être tous les deux, on s’imaginait bien que nos mains seraient prises et la tête avec.

Comme pour tout le reste, une envie de décalé, de photographie hors du temps. Et Arno Brignon il sait faire ça. On lui a timidement demandé si peut être éventuellement il voudrait bien immortaliser tout ce cirque (c’est pas du tout son type de sujet le mariage), et on lui a promis qu’il n y aurait pas de chichi.

Je crois qu’on avait l’air mignon, parce qu’il a dit oui.

Un autre point incontournable, la tenue de la mariée. Pas de robe blanche, c’est salissant le blanc, et puis c’est vachement plus drôle les couleurs. Il y a chez ma maman un placard remplit de mes trouvailles vestimentaires pour mes réalisations photographiques (ma mère a de plus grands placards que moi).

Rendez-vous donc devant la malle aux trésors. On ne peut pas lutter contre une évidence, ce sera elle. Mais sans les bretelles. Un ou deux mètres de tulles en plus et quelques centimètres en moins.

Il nous reste à nourrir les troupes et à étancher la soif. Couscous donc. Mais couscous bio (bon j’ai mes sources personnelles, mais quand vous commander en gros dans un magasin bio vous avez droit à la petite ristourne qui fait du bien quand on est 140 à diner ce soir).

On a dit que l’on voulait un mariage qui nous ressemble hein? Pas bio, pas nous.

Pour préparation, un ami de la famille (cuisinier) s’est proposer gentiment de s’y coller. L’idée du méchoui s’est rajoutée plus tard, et l’ami en question connaissait quelqu’un qui élève de beaux agneaux avec de la vraie herbe, de l’amour et du respect.

Pour notre riz au lait, on a fait les yeux doux Chez Navarre. Et tonton Gilles nous a fabriqué des nuages de forêt noire chocolatés.

Quant au vin, au mois d’avril, nous avons pris la voiture direction la mer, en quête du vin parfait qui tient la route fasse au raz el hanout. C’est peu de temps après le croissant du petit déjeuner, qu’au fond d’un chemin cabossé, nous sommes tombés sur le Domaine des 2 Anes.

Coup de foudre matinal!

Pour l’embellissement du chapiteau et des tables, entendez par là vaisselle, nappes, livres, plats, louche etc. Nous avons écumé les Emmaüs de la région, et nous connaissons à présent tous les villages et leurs greniers.

Les fleurs sont le résultat d’un mélange de papier et de patience (plein). Nous avons loué les trucs et les machins un peu plus compliqués chez Options (tables, chaises, verres, frigos…).

Un dernier détail sur la route du bonheur, il n’y avait pas de toilettes dans le champ ! Il m’a fallut convaincre le futur mari que des water closet secs ça sent bon et en plus c’est hippie chic. Une fois la mission accomplie, j’ai appelé mon papa bricoleur au secours. Et il nous a fait des toilettes grandes classes, paillettes et tout et tout.

Même qu’en réunissant toutes les photos du mariage, elle apparaissent plus que le chapiteau. Immense succès donc.

J’oubliais la musique. La musique c’est un peu le pilier, le mur porteur, faut pas se louper. Pas question de faire tourner les serviettes, on est d’accord. On a choisi, morceau par morceau.

Trois playlist (“apéro”, “diner”, “dance dance”). Mais j’ai quand même mis les Spice Girls pour Léa, parce que j’aime bien Léa.

Le 8 mai est vite arrivé. Et c’est vraiment chouette de se marier avec son amoureux !

.

En résumé :

> Lieu : Montauban – Tarn & Garonne

> Photo : Arno Brignon (photos N&B)

> Organisation :

Chapiteau : Franck Zavatta (location : location de chapiteaux)
Nappes, assiettes, déco : Emmaüs et de nombreux vides greniers.
Tables/chaises/frigo: Options
Fleuriste : mes doigts et du papier
Toilettes sèches : fabrication maison par super papa chouette

> Les tenues :

La mariée : robe inconnue dénichée chez Emmaüs (quelques coups de ciseaux, du tulle coloré et nous y voilà), veste Bel Air, Doc Marteens kilométrées, coiffure et maquillage par Olivier Chauzy.

Le marié: Veste, chemise, cravate et chapeau Agnès B, pantalon H&M, baskets Nike.

> Au menu :

Vin Bio rosé et rouge: Domaine Des Deux Anes
Couscous bio, et méchoui d’agneau.
Fraises AB, riz au lait et nuage de forêt noire de tonton Gilles (restaurant Le Victoria, Thonon-les-bains).