Céline et Benoît se sont mariés en juillet dernier dans un petit gîte super chouette où ils ont préparé le mariage entre amis quelques jours avant, puis profité des lieux avec leurs 50 invités. La preuve que même avec un petit budget on peut se marier à la cool en profitant un maximum. J’ai rarement vu mariée aussi cool que Céline, bravo madame :)


Vous aussi partagez vos jolis moments, envoyez vos photos à contact@unbeaujour.fr

mariage original

“Le 16 juillet 2011, mon amoureux a eu trente ans. Je lui avait préparé un anniversaire plein de surprises avec des invités venus d’un peu partout auxquels il ne s’attendait pas. Tout le monde était déguisé en Benoît, ce qu’il aime, les métiers qu’il a eu, les looks qu’il a porté…

Beaucoup d’émotions donc, et c’est au milieu du brouhaha de notre appartement, qu’il m’a demandé en mariage dans le creux de oreille, alors que nous croyions être d’accord tous les deux pour ne jamais se marier. Contre toute attente, j’ai dit oui, nous l’avons annoncé à notre famille proche immédiatement et nous étions partis pour un an de préparatifs.”

Retrouvez plus de photos ici

photographe de mariage

Audrey, née en plein dans les seventies. Pour le Noël de ses 10 ans, elle reçoit un appareil photo, c’est là que tout a commencé…  En 1998, elle obtient son diplôme en Photographie. Aujourd’hui,  elle en  vit et travaille dans le sud de la France.

Elle aime les enfants et les chats.

“Ce que j’aime dans les mariages, c’est photographier le bonheur tout simplement. Je suis toujours aussi émue à chaque mariage, et je suis sûre que ça va continuer…”
mariage conseils

1 – Être curieuse ! Fouiner, patienter avant de choisir le thème, la déco ou même la robe, passer des heures sur le net à comparer, bref ne jamais partir sur un coup de tête, vous pourriez le regretter par la suite.

2 – Ne pas hésiter à utiliser les compétences de votre entourage (ma soeur cuisinière et ma mère qui nous ont fait un buffet et des gâteaux magnifiques, ma belle-soeur et belle-maman couturières, les connaissances en électricité de papa, les muscles des copains pour déménager le matériel…)

3 – Le jour J, facile à dire mais pas forcément à faire, quand quelqu’un vient vous poser une question d’intendance, ma phrase fétiche a été: “je ne sais pas, demande à Untel, moi je suis occupée: je me marie!” Déléguez ! Donnez un maximum d’informations à vos témouines pour qu’elles puissent faire à votre place.

mariage organisation

>> Le budget <<

Le lieu était prioritaire : il nous fallait un endroit avec une vingtaine de couchages extérieurs en tente et la même chose en intérieur. J’ai donc passé des jours entiers à trouver sur internet un lieu pouvant être loué du 14 au 25 juillet, beau, avec une piscine, en campagne, avec une surface permettant l’installation d’un camping provisoire, suffisamment de place et de logistique pour faire un buffet extérieur, bref: un parcours du combattant. Après plusieurs déceptions, nous sommes tombés en amour avec le domaine de la Prade Mari, à 30 minutes de Béziers. Les propriétaires, Clémentine et Eric, sont juste deux anges qui produisent des vins délicieux ET qui louent un endroit magnifique. Ils nous ont aidé du début à la fin, sans faillir alors qu’on les a quand même bien embêté. Ils n’avaient même jamais imaginé pouvoir faire un mariage dans leur gîte!

Le second poste le plus important à nos yeux : la photo. Hors de question de trouver un photographe “de mariage” qui nous fasse gambader dans les vignes. Nous voulions un photo-reportage de ce jour-là, pas de clichés figés. Après des mois de recherches infructueuses (trop cher, trop cheap, trop étrange…) nous avons découvert juste en face de notre restau-fétiche, à une rue de chez nous, le studio-photo Eclat d’Âme qui venait de s’installer. Ils nous ont présenté Audrey Bardou, qui m’a convaincue avec seulement une série de photo de son grand-père en maison de retraite. Aucun rapport avec le mariage me direz-vous, mais ses photos sont tellement vraies, humaines, touchantes… (pas assez de qualificatifs sous la main) Elle a été discrète (voire invisible), calme, sympa et le résultat a été à la hauteur de nos espérances. Elle a installé un photobooth alors que nous ne nous y attendions pas et tout le monde a été ravi de faire l’andouille devant l’objectif juste avant le repas. Bref, une Ola pour Audrey, qui adore elle aussi votre blog.

La musique était assurée (matériel et son) par des amis, T-Seb un Dj montpelliérain organisateur de soirées (entre autres) drum’n bass, et mon meilleur ami, Rémy, aka le Révérend, nous a concocté des playlists jazzy-rétro parfaites pour toute la journée. On ne voulait pas d’animations ou de chaises musicales, et apparemment personne ne s’en est plaint!

Aaah… La robe. Il fallait qu’elle soit courte ( la traîne déchirée dans la garrigue? non merci), rétro et légère (il faisait 35 degrés à l’ombre ce jour-là) C’est donc une robe de 1951, dénichée sur Etsy un mois avant le mariage, qui m’a coûté la bagatelle de 16 dollars. Je ne voulais pas dépenser des fortunes dans une robe à usage unique et je pense que je remettrai celle-si pour d’autres occasions en amoureux. Le jupon rouge tout doux m’a coûté 40 dollars sur le même site, et mes folles chaussures Irregular Choice (sur Spartoo) m’ont coûté 40 euros, en soldes.
Mon bouquet était en fleurs en tissu, en cuir ou en raphia. Je l’ai fait avec une amie, en glissant dedans des clins d’oeil: un dé, un barbagribouille, un accessoire de cluedo, une perle offerte par ma soeur… J’ai fait la boutonnière du marié avec une carte à jouer et un petit personnage de l’étrange Noël de Mr Jack…
J’avais trois autres robes anciennes que j’ai mis les jours suivants, que j’ai trouvé dans des friperies ou encore sur etsy.
Mon amoureux a trouvé toute sa tenue tout seul (félicitations, il était très beau), dans des magasins vintage de la ville. Le gilet, la chemise, le pantalon, le chapeau, je pense qu’il en a eu maximum pour 100 euros.
Pour la soirée, nous avions tous les deux des converses (noires pour lui blanches pour moi) sur lesquelles nous avons peint “this is not a (wedding) shoe”, elles ont eu beaucoup de succès!

Pas d’alliances pour nous: nos boulots nous empêchent de porter des bagues et moi je perds tout le temps mes bijoux… Mais nous nous faisons tatouer à l’automne: nos chevilles posées côte à côte formeront comme un “fil à la patte”, des lignes qui formeront un dessin quand nous serons tous les deux.

Pas de traiteur non plus : Mon chéri et ma petite soeur (un témoin comme on n’en fait plus) sont cuisiniers, ils ont mené de main de maître l’opération Tempête en cuisine, avec l’aide de notre neveu et de ma maman, exceptionnels eux aussi. TOUT a été fait maison, des terrines de lapin aux noisettes, aux fraisiers en passant par l’aïoli et le pain… Pour un résultat campagnard impeccable, le tout présenté dans des paniers en osier chinés ou des bocaux récupérés dans les greniers de la famille…
Le Bar à Bonbecs, dans l’après-midi, a été assailli par tous: on y trouvait des amandes grillées faites maison, du thé glacé à la menthe du jardin, des gâteaux et des bonbons aux couleurs du mariage… C’est mon papa qui me l’a construit (sous les ordres de ma maman, qui lui a fait démonter et remonter trois fois… merci papa!) parce que c’était un peu un caprice de gamine…
Pas de dragées, à la place des confitures originales faites par ma maman: poire-vanille, raisiné aux amandes, pèche-pavot…
Pas de jarretière ou de bijoux spéciaux, juste le collier de perles de ma grand-mère pour penser à elle ce jour-là.

>> De belles inspirations <<

Ahhh la déco! Mon sujet préféré! Le thème rétro était fixé, ne restait plus qu’à vider notre maison (déjà pleine d’objets anciens) et visiter toutes les semaines ou presque Emmaüs, les puces un peu partout, les vides-greniers, les coins de rue pleins d’encombrants… l’inspiration est venue des blogs déco dont Un Beau Jour, Rock’n Roll Bride, Mariages Rétros…

Tous les couverts et verres ont été chinés, chacun pouvait repartir avec ce qui lui plaisait. Nous avions mis nos radios anciennes, ma machine à écrire de 1940, des magazines anciens sur les tables basses, des vieux jouets un peu partout… Un des mots d’ordre : pas de plastique et rien qui soit moderne en apparence. Même les confettis ont été découpés en coeur dans des livres anciens, et mis dans des pochettes confectionnées dans de vieilles BD de cow-boys…

J’avais créé également des petits livrets “Si vous vous ennuyez” posés sur les assiettes avec des mots croisés, cachés, des coloriages, portant tous sur notre couple.
Chaque table avait pour centre un jeu à l’ancienne (dominos géants, piste de dés, jeux de construction….)

Les invités devaient suivre un dress code: rétro et couleurs noir rouge et/ou beige. Rien que leur présence au milieu de la verdure du lieu servait de déco!!!

Si vous avez des questions vous pouvez contacter Céline sur celinepoirier34@gmail.com

> Le lieu : Mairie à Béziers puis 4 jours à Aigne Domaine de la Prade Mari

> Photo : Audrey Bardou

> Les tenues :

Céline : Robe: Etsy, Jupon: Etsy, Chaussures: Irregular choice puis Converse, Bijoux: Personnel, Maquillage : Make-Up For Ever ( j’insiste, ce sont les seuls waterproofs capables de tenir le coup après autant de larmes et de baignades), coiffure : Ma soeur, Léa

Benoît : Costume : Magasins vintage Montpellier, Chapeau : Chapellerie Bérénice, Montpellier, Chaussures : Converse, Coiffure : La fiancée, la veille du mariage (beaucoup de pression, d’ailleurs!), Montre-gousset : Souvenir de notre grand-père

> Au menu:

Légumes de pays, tartinades et sauces maison pour trempouiller, gros jambon à découper, terrines et pâtés, gros fromages, muffins salés, salades diverses… Un grand buffet campagnard!

En dessert, les desserts préférés des mariés : tiramisu maison de ma maman (selon mon mari, y’a pas mieux), fraisier (un mariage sans fraise? pour la mariée) et des pithiviers (genre de grands financiers glacés au sucre) pour nous rappeler qu’on vient pas du Sud mais bien de la Beauce.

Le lendemain, grillades et réjouissances autour de la piscine avec tout le monde avec le four à pain ancien et le barbecue en pierre au milieu du jardin.